Et si…

Il est si simple, si facile de se plaindre et de mettre le torts sur les gens qui nous entourent. Il est si simple d’être triste, désespéré et insatisfait. De vouloir plus et mieux. D’être jaloux.

Nous avons tous des rêves, nous avons tous des désirs…

Mais devons-nous accepter ce qu’est?
Devons-nous accepter contre notre gré ce que la vie nous offre?
Et si tout était possible? Serait-ce une perte d’accepter notre existence actuelle?

Si tout est énergie, tout est possible.

Pourquoi se plaindre alors…

 

Se rendre à l’évidence

Après avoir lu la majorité des livres dans le rayon bien-être de la librairie, je suis arrivée à la conclusion que quelque chose ne tournait pas rond avec moi.

J’ai tenté de mettre le doigt sur le bobo, de comprendre pourquoi, malgré que j’avais tout pour me sentir bien, je ressentais une présence abdominale, une sensation omniprésente qui me dictait quoi faire, quoi sentir, quoi dire.

Cette sensation de brûlure était là et je l’alimentais sans cesse. J’ignore quelle était la nature de sa présence et comment j’arrivais à la maintenir en vie, mais elle y était!

J’ai donc décidé de lâcher prise et d’accepter que ce que je ressentais à l’intérieur de moi était là pour rester, que je devais l’amadouer et apprendre à vivre en sa présence.

Les ordres qu’elle me dictait et la façon ratoureuse d’influencer mes choix me propulsaient trop souvent vers l’échec et le mal être.  Impatience, malhonnêteté, jugement, colère et peur, étaient les sentiments qu’elle me poussait à ressentir face aux situations de la vie. Tout sur ma route était négatif, lourd.

Après plusieurs années de relation avec elle, je me suis trouvée dans un cul de sac. Épuisée, seule et dépendante.

Afin de trouver du réconfort, je me suis tournée vers ce qui m’était familier et ce qui me rassurait; une visite à la librairie. Une phrase ou un mot pouvait me faire du bien et me remettre sur la voie de l’espoir de trouver la solution à mon problème.

Et cette fois, j’ai trouvez ce que je cherchais!